Navigation – Plan du site

Texte intégral

Sans une plume que serait nos vies
De savoir perdu le rempart de nos furies
Pourquoi sommes-nous si l’on ne nous permet que de suivre
Alors que nous aimons la liberté au point d’en être ivre
Ce monde ne nous sied-il
Ou est-ce plutôt nous qui lui sommes hostiles
Où trouver refuge loin des moules qui standardisent
Nous que leurs codes et règles de politesse tamisent
Et qui venons sur leur feu jeter de l’encre
Pour faire renaître de l’amour des cœurs cancres ?

Sans un pinceau que seraient nos tableaux
De savoir ce ciel ouvert un vaste cachot
Pourquoi peintre être si à la mime l’on nous confine
Avec tout ce remue-méninge que reflètent nos babines
Cette terre ne nous sied-elle
Ou est-ce plutôt nous qui lui faisons querelle
Comment faire de fines lignes avec nos plumes tordues
Nous que la tâche a écorchés sans avoir promus
Promis à l’anonymat par inadéquation de format
On versifie à contre-sens des mécènes et leurs médias.

De toute façon ceci n’est pas de la poésie
Et si ce n’était que de la poésie
On aurait passé la plume à gauche
Depuis la découverte du nucléaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hamidou Valian, « Prise de plume », Variations [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://variations.revues.org/649 ; DOI : 10.4000/variations.649

Haut de page

Auteur

Hamidou Valian

Journaliste et auteur, Ouagadougou (Burkina Faso)

Haut de page

Droits d’auteur

Les ami•e•s de Variations

Haut de page