Navigation – Plan du site

Variations n°18 — « La poésie est une arme chargée de futur. » Conceptualiser la prise de parole — Appel à contributions

La revue Variations souhaite dédier sa prochaine livraison à la question de la prise de parole. Tel un puits sans fond, ce vaste sujet ne s'épuise pas car l'expression ne porte pas tant en elle une définition qu'elle ne charrie des histoires.

Le pouvoir est dans la rue, de Danièle Tartakowsky, part des expressions publiques de la Révolution française à Mai 68, tandis que les essais de Michel de Certeau évoquent La prise de parole. Albert Hirschmann a puisé dans les potentiels de résistance pour aboutir à une vaste théorisation de la loyauté, de la défection et de la prise de parole. Une nouvelle fois, Variations invite à explorer le sens conceptuel originaire de ce phénomène à travers les sciences humaines et les théories critiques. Désormais, le concept d'espace public oppositionnel que nous avons introduit s'inscrit dans une discussion ouverte et prolongée. Dans la sphère publique en passant par l'entreprise ou les modes de vie, les subjectivités rebelles se manifestent souvent dans l'action décalée. La théorie critique n'a cessé de s'interroger à partir de l'expérience vécue. Elle s'est déployée en donnant toute sa place à la singularité contre « le général qui écrase tout ». Ce faisant, elle a attiré l'attention sur « le choix du petit », le fragment, l'inattendu, ou le désir de résister dans la mise en forme même des idées. L'expérience intime a pu dès lors apparaître dans sa force subversive de critique.

Cependant, l'univers normé rend de plus en plus difficile de saisir l'expérience sensible et de pouvoir la partager. Ces paroles et ces actes sont disqualifiés par l'espace public bourgeois du simple fait qu'il ne les reconnaît pas et tend à les ignorer. Pourtant les paroles et les gestes de résistance se lient à la capacité à être dans l'affirmation de soi. L'articulation de la subjectivité et de la révolte, c'est cela que nous cherchons à préciser, à retrouver et à suivre.

Aujourd'hui, nous lançons cet appel pour recueillir vos réflexions autour de ces pratiques et expériences qui sont souvent enfermées dans la posture d'un hors-politique, d'une sauvagerie ou d'une absence. « La poésie est une arme chargée de futur. » Parce qu'il permet d'interroger la définition de la politique, ce titre d'une chanson de Paco Ibañez que nous reprenons et traduisons, est un moyen d'indiquer que des formes apparemment extérieures à la politique peuvent créer des brèches porteuses de bouleversements.

Les contributions sont à remettre avant le 15 mars 2013.

  • Articles : 30 000 signes maximum

  • Recensions d'ouvrages : 15 000 signes maximum

  • Images dialectiques : capture d'image(s) + citation (voir http://variations.revues.org/437)

Le comité de rédaction de Variations.

Contacts : http://variations.revues.org/221

Bibliographie

Michel de Certeau, La Prise de parole et autres écrits politiques, édition établie et présentée par Luce Giard, Paris, Le Seuil, 1994.

Albert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Cambridge, MA: Harvard University Press, 1970

Danièle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Aubier, 2005.

Haut de page