Navigation – Plan du site
Recensions d'ouvrages

James C. Scott, Weapons of the weak. Everyday Forms of Peasant Resistance

Sarah Mailleux Sant’Ana
p. 153-156
Référence(s) :

James C. Scott, Weapons of the weak. Everyday Forms of Peasant Resistance, Yale University Press, New Haven and London, 1985

Texte intégral

  • 1 Armes des faibles. Formes journalières de résistance paysanne, nous traduisons.

1Dans Weapons of the weak. Everyday forms of peasant resistance1, James C. Scott s’interroge sur la résistance paysanne pacifique, tout en explorant le débat sur l’hégémonie et la fausse conscience. Cette réflexion est fortement liée à une approche empirique, car elle est le fruit d’un travail anthropologique réalisé entre 1968 et 1980, à Sedaka, fausse identité donnée à un petit village situé en Malaisie, où soixante-dix familles paysannes travaillent à la production du riz. Weapons of the weak est le résultat d’un large éventail de matériel politique, historique et ethnographique. Il allie des études sur les communautés paysannes de Malaisie et d’Asie du Sud-est, l’histoire des paysans européens et des esclaves aux Etats-Unis à des données sur la Révolution verte. Son vaste travail ethnographique dans le village de Sedaka est basé sur une observation soigneuse ; il réalise une étude et une réflexion en cherchant à éviter certaines défaillances de l’observation théorique traditionnelle. Dans le même temps, il rattache son travail anthropologique sur la résistance paysanne à une réflexion sur la question de l’hégémonie et le concept de fausse conscience. Ce concert d’éléments travaillés par Scott crée ainsi un pont entre la théorie et l’évidence empirique. Car il incite le lecteur et le chercheur à une réflexion profonde au sujet de la manière et la possibilité de reconnaître, de penser et d’écrire sur l’expérience sociale des « illettrés » et de tous ceux dont les dits et les non-dits ne sont pas assez écoutés. Cette problématique rencontre également la remise en question du rôle historique et social de tous ceux qui « écrivent » et « décrivent » la vie des acteurs sociaux.

  • 2 C’est le terme employé pour marquer une étape dans l’évolution technique des moyens de production i (...)

2Le premier chapitre présente le village de Sedaka et deux de ses citoyens qui représentent les extrêmes de la vie sociale locale. La manière de décrire leurs vies respectives démontre les conflits entre les pauvres et les riches du village. Le deuxième chapitre traite des formes masquées de résistance, que la plupart des historiens et des chercheurs n’ont pas pris en compte dans leurs analyses de conscience politique et de conflits sociaux. Les troisième et quatrième chapitres présentent la réalité politique et économique de la région entre 1968 et 1980. Ils présentent des données sur la concentration de la propriété rurale, la distribution de revenus, le début de la Révolution verte2 et ses effets dans la région. Le cinquième chapitre relate les récits de pauvres et de riches sur l’histoire économique et politique présentée, explicitant les différences d’interprétation de vision des uns et des autres, l’histoire selon les vainqueurs et les vaincus, ainsi que la montée d’un conflit de classe résultant des conséquences socio-économiques de la Révolution verte. Le sixième et le septième chapitre réalisent une analyse du langage utilisé pour servir les intérêts de classe et ses distorsions. Cette utilisation du langage explicite la lutte des pauvres pour maintenir leur condition de membres complets dans une vie communautaire en train de se défaire en raison de l’évolution des moyens de production. Le septième chapitre montre, au-delà des mots, les formes de résistance utilisées, les actions pratiques menées par des paysans, telles que sabotages, massacres d’animaux, ainsi que la répression physique dont ils sont victimes. La résistance masquée est comprise, en même temps, comme une manière de se rebeller contre le système et un besoin de survivre en son sein. Le dernier chapitre présente la thèse de l’auteur sur l’hégémonie et la fausse conscience, où il explique que, si les idées hégémoniques résultent de conflits et sont continuellement reconstruites, la résistance, elle, naît bien plus des expériences quotidiennes que d’une conscience révolutionnaire. Il suggère que cette analyse peut être étendue à l’ensemble des paysans et des classes ouvrières, ce qui le conduit à penser qu’il est nécessaire de repenser l’hégémonie et la domination idéologique.

3L’idée de Scott est de démontrer qu’il y a une non-apathie, et sa volonté est d’enregistrer la résistance silencieuse de paysans de Sedaka tout en effectuant une révision des concepts gramsciens de l’hégémonie et de l’idée marxiste de fausse conscience. La résistance quotidienne des paysans, dépourvus d’autres formes de pouvoir, ne requiert littéralement aucune coordination ou planification : elle consiste généralement d’une manière individuelle à se protéger et à éviter des confrontations symboliques ou directes dirigées contre une autorité ou contre les normes des élites. Scott affirme que les circonstances qui favorisent les grandes révoltes paysannes sont non seulement rares, mais aussi rapidement réprimées de façon offensive et violente. Les gains de ces révoltes sont incertains, alors que le carnage, la répression et la démoralisation en cas d’échec sont certains et réels (p. 29). La paix agraire peut être comprise comme la paix de la répression (souvenir ou anticipation) plutôt que la paix du consentement et de la complicité.

4En revanche, la « méthode passive », qui n’est pas exprimée comme une défiance ouverte, est souvent invincible. Parmi les méthodes développées par les paysans, il y a les sabotages subtils, l’évasion, les mensonges, la simulation d’ignorance, de maladie et d’incompétence, le chapardage, les incendies criminels, les calomnies et moqueries sur les propriétaires de terres.

5La compréhension des formes quotidiennes de résistance peut nous aider à saisir ce qui se passe entre les révoltes. Mais la réflexion de Scott permet aussi de cerner les limites d’une interprétation classique de la domination qui souligne la passivité des acteurs sociaux, sans rendre compte de formes de résistance et d’insubordination qui lui échappe.

6L’auteur affirme que les formes quotidiennes de résistance ne sont pas perçues parce qu’elles consistent en des milliers d’actions individuelles d’insubordination et d’évasion. D’une part, les autorités ne veulent pas faire état de ces insubordinations, et d’autre part, les médias n’enregistrent pas ces formes de résistance, puisqu’il n’y a pas de confrontation ouverte ou de discours politique clair et que les insubordonnés n’attirent pas particulièrement l’attention sur eux-mêmes, puisque leur force réside dans leur anonymat. Il affirme que l’Histoire et les Sciences Sociales ne sont pas bien équipées pour dévoiler le silence et les formes anonymes de conflit social qui caractérisent la paysannerie. Car elles sont réalisées par une intelligentsia qui utilise les données écrites généralement produites par des fonctionnaires lettrés habitués à une certaine forme d’observation et d’écriture.

7Scott s’insurge contre l’idée généralisée que les groupes d’exploités, au moyen de l’hégémonie religieuse ou de l’idéologie sociale, acceptent leur situation comme étant normale et justifiable par l’ordre social. Selon lui, cette explication de la passivité se base sur une acceptation fataliste de l’ordre social et même une complicité active, que les marxistes appellent « fausse conscience » et/ou « mystification ». Ces concepts résument non seulement la prétention de domination des modes de production matérielle par les élites, mais aussi celle des modes de production symboliques. Il affirme, par le biais de l’exemple de Sedaka, que cette interprétation ne parvient pas à saisir les relations de classe, mais peut aussi conduire à interpréter de façon erronée les conflits de classe dans différentes situations.

8Scott cherche à démontrer que le concept d’hégémonie ignore la capacité que la plupart des groupes subordonnés ont de pénétrer et de « démystifier » l’idéologie prédominante à partir de leurs expériences matérielles quotidiennes. Il insiste sur le fait que les théories hégémoniques tendent à confondre ce qui est inévitable et ce qui est juste. Alors que, même si une classe subordonnée ne connaît pas d’autres systèmes sociaux, elle peut tout à fait concevoir que le système de domination auquel elle est assujettie n’est pas inévitable. Et les faits historiques et culturels montrent qu’elle peut arriver à surmonter cette inévitabilité. Car une idéologie hégémonique doit, par définition, représenter une idéalisation, et crée donc des contradictions qui permettent de la critiquer dans ses propres termes. Il pense qu’une révision historique de presque tous les mouvements révolutionnaires paysans et prolétaires de masse démontre que les objectifs recherchés, conçus aux limites de l’hégémonie prédominante, sont généralement restrictifs et réformistes, même si les moyens d’y arriver peuvent être révolutionnaires.

9Avec Weapons of the weak, Scott démontre qu’à Sedaka la résistance est fortement basée sur l’expérience matérielle réelle du quotidien. Les ennemis ne sont pas des abstractions historiques pour les paysans ; ce sont des personnes réelles, perçues comme acteurs responsables de leurs propres actions. Les valeurs défendues sont familières et palpables ; les pratiques sont définies par ce qui a bien réussi dans le passé et paraît pouvoir réduire ou éliminer les pertes. Les buts de résistance sont modestes : il s’agit de la lutte pour avoir du travail, une propriété et des revenus. Les moyens d’accéder à ces buts sont réalistes et prudents (p. 348). S’il existe la possibilité de partir ailleurs, ils le font ; si une confrontation avec un propriétaire paraît futile, elle est évitée. Entre ces deux pôles, tous les modes de résistance existent et sont utilisés.

10Enfin, l’auteur explique que si, historiquement, les révolutions ont été rares et le sont encore plus aujourd’hui, il faut respecter et célébrer les armes des faibles. Dans le ridicule, la truculence, l’ironie, la dissimulation, la non-croyance dans les discours des élites et la manière constante de s’efforcer de maintenir l’intégrité, il y a une ténacité d’auto-préservation et une pratique qui évitent le pire, tout en promettant le meilleur (p. 350).

Haut de page

Notes

1 Armes des faibles. Formes journalières de résistance paysanne, nous traduisons.

2 C’est le terme employé pour marquer une étape dans l’évolution technique des moyens de production initiée dans les années soixante-dix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Mailleux Sant’Ana, « James C. Scott, Weapons of the weak. Everyday Forms of Peasant Resistance », Variations, 9/10 | 2007, 153-156.

Référence électronique

Sarah Mailleux Sant’Ana, « James C. Scott, Weapons of the weak. Everyday Forms of Peasant Resistance », Variations [En ligne], 9/10 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://variations.revues.org/486

Haut de page

Droits d’auteur

Les ami•e•s de Variations

Haut de page